Gout de France/Good France in Fiji

Expérience culinaire "bistronomique" à Eden.

Le Eden Bistro peut paraître un peu compliqué à trouver mais le jeu en vaut la chandelle. C’est un endroit spacieux et sans prétention qui célèbre la bonne nourriture et le vin dans une atmosphère douillette et pleine de bonnes conversations.

Sangeeta Maharaj, le chef/propriétaire d’Eden est certaine que ce festival culinaire créera une nouvelle culture culinaire aux Fidjis. Sa positivité est contagieuse. Complètement sincère elle déclare :

“Je suis tellement excitée à l’idée d’être impliquée dans ce festival Good France parce que je sens que c’est un moment durant lequel on peut célébrer et apprécier la bonne nourriture", déclare-t-elle.

Le bistro Eden est coloré, les murs peints à la main et la décoration unique célébrant la nourriture et la boisson tout comme le menu, qui propose d’excellents poulets rôti aux herbes et steaks au poivre.

Le menu de Sangeeta pour le festival du 19 mars était dédié à l’excellence culinaire française et inspiré d’une touche bistronomique.

Au menu, de nombreux mets savoureux avec une salade niçoise, de l’oursin rôti sur des patates douces fumées, On the menu for the Gout de France/Good France festival, de la bisque de crabe avec des macarons à la noix de coco et à la coriandre, du délicieux scare croustillant, des crevettes géantes et du confit de canard rôti.

Et pour le dessert, son gâteau au chocolat magique (qui a cinq couches de chocolat et caramel au miel et est accompagné du sauce chaude au chocolat) incoryablement riche et fait avec du chocolat fidjien local - le chocolat Adi.

"J’ai visité la France il y a plusieurs années et je suis tombée amoureuse de tout ce qui est français", partage-t-elle.

“C’est un projet très personnel à mes yeux. Je veux que les gens puissent venir s’asseoir plusieurs heures et faire l’expérience de "l’art de la table" français en se faisant vraiment plaisir. J’aime aussi parler avec mes clients à propos de nourriture, du monde et de qui nous sommes en tant que personnes."

“Je veux les mettre en relation (les clients) avec mes expériences culinaires mais aussi humaines, avec ceux que j’ai rencontré et les endroits dans lesquels j’ai voyagé et c’est une opportunité de le faire.”

Sangeeta, comme de nombreux chefs fidjiens, travail sans relâche à la création d’une nouvelle vision de la "cuisine gastronomique" aux Fidjis et ses efforts ne devraient pas passer inaperçu. Il y a beaucoup à apprécier dans l’interprétation audacieuse et courageuse des vieux bistros parisiens de Sangeeta - tout en témoignant de la disponibilité des produits frais et locaux à Suva.

Parmi les mises en bouche, le plateau de fruits de mer est à choisir et il est dur de laisser passer le collant pudding à la date et son incroyable sauce au dessert.

Sa griffe culinaire "du producteur au consommateur" au restaurant est inspirée par la France avec une touche spéciale bistronomique qui amplifie sa pure élégance.

Escargots, escallopes et cuisine gastronomique au GPH.

Depuis de nombreuses années, la cuisine gastronomique était synonyme de cuisine française mais surtout de chefs français. Cuisiner est une question de plaisir ; c’est un art et emmener les individus dans un voyage d’expression personnelle est le don du chef.

Le chef Georges Ringeisen est un passionné du bleu, blanc, rouge. Il n’y a pas besoin d’introduction lorsque l’on parle de cuisine gastronomqiue avec le chef Georges. Le chef, grand voyageur, a travaillé dans des restaurants étoilés au Michelin, dans de luxueux hôtels et désormais, il est à la tête de la cuisine de l’un des hôtels les plus renommés de Suva, le Grand Pacific.

Pour Georges, participer à ce festival signifiait renouer avec ses racines - et explorer les histoires fascinantes des origines du règne culinaire français.

“Ce festival de cuisine française nous donne la possibilité de renouer avec d’anciens collègues qui participent aussi à l’évènement Good France.

“Je ferme les yeux et me souviens de chez moi, lorsque je m’asseyait pour décider du menu pour l’évènement. C’est mon inspiration.’, dit-il.

Après avoir créé son héritage culinaire avec/dans plus de 10 pays, George est revenu avec un menu complètement français pour le festival de la semaine prochaine.

Et, tentant de rester fidèle à sa réputation, son menu se compose de : escargots (accompagnés de sauce bourguignonne rouge appelée "en Meurette", avec une mousse de céleri), d’escalopes revenues à la poêle aux échalotes dans du Riesling (vin blanc d’Alsace), de la volaille fourrée aux amandes douces servies avec une sauce aux crevettes et crustacés, du fromage de chèvre frais servi avec une brioche fraîche aux noix et à la figue et enfin un mille-feuille au pure chocolat noir fidjien avec une mousse au macha (thé vert japonais) et framboises.

Le long de son voyage gastronomique, il a incorporé des saveurs venues d’Asie, d’Europe et du Pacifique dans ses créations, et soutient que Fidji a un fort potentiel dans la mise en vente de ses légumes et poisson de qualité.

“Je ne suis pas un chef traditionnel ou moderne. Je travaille avec ce qui est disponible et c’est ce qui influence ma cuisine. En planifiant cet évènement, je ne voulais pas surcharger le menu au cas où cela deviendrait trop compliqué et ai dû prendre en compte les produits locaux disponibles.

“Fidji a un très fort potentiel avec de nombreux légumes et poissons car ce que nous regardons lorsque nous commandons est la qualité et quantité des produits ainsi que leur transport jusqu’au GPH.", explique-t-il.

Dernière modification : 21/04/2016

Haut de page